Votre couple bat de l’aile ?

Lorsque vous n’êtes pas heureux dans votre relation de couple, vous vous autodétruisez. Vos émotions négatives vous détruisent physiquement et attirent à vous davantage de situations négatives.

En fait, ce qui peut vous poser problème, c’est la définition que vous pourriez avoir du terme « aimer ». Lorsque vous avez des « problèmes » en vous, vous êtes à la recherche d’un conjoint qui saura vous aider à aller mieux. C’est pour cela qu’au début, la relation est au beau fixe car l’autre vous donne le meilleur de lui-même pour vous satisfaire. Le piège, c’est de penser que l’autre doit systématiquement soigner ce qui vous fait souffrir alors que c’est à vous de le faire. Tant que l’autre répond à vos attentes, tout va bien. Lorsqu’il ne le fait plus, c’est la naissance des reproches.

Mais lorsque vous exigez de l’autre qu’il fasse des actions pour vous faire du bien, ce n’est pas de l’Amour, mais de l’égoïsme. Vous finissez alors par aimer le bien que vous procure l’autre et non pas l’autre lui-même.

Si vous souhaitez vivre en symbiose avec l’Être cher, vous devez apprendre à l’accepter tel qu’il est afin de lui laisser ce qu’il a de plus précieux : Sa liberté d’être lui-même.

L’autre étant votre miroir, tant que vous aurez des reproches à lui faire, cela signifie que vous avez encore des problèmes à régler en vous.

Faire ce choix de travailler sur vous pour accepter l’autre tel qu’il est est la plus grosse « épreuve » que doit traverser tout Être humain. Il est donc naturel que ce n’est pas là une tâche facile.

Pour ceux qui parviennent à le faire, ils découvrent alors ce qu’est réellement l’Amour et deviennent ainsi des diffuseurs d’Amour. Nous vous rappelons que l’Amour existe uniquement s’il est vécu de manière inconditionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 + dix-neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.